Olivier Leclerc

Olivier Leclerc

Directeur de recherche au CNRS

olivier.leclerc[@]cnrs.fr

Centre de théorie et analyse du droit (CTAD UMR 7074)
Bâtiment Simone Veil, Bureau 423
200, avenue de la République
92001 Nanterre Cedex
France

 

Olivier Leclerc est directeur de recherche au CNRS, chercheur au Centre de théorie et analyse du droit (UMR 7074 CTAD, CNRS/Université Paris Nanterre/Ecole normale supérieure – Université PSL) et honorary research fellow à l’Université du Kent (Kent Law School, Royaume-Uni) où il est membre du groupe de recherche SoCriL (Social Critiques of Law).

Ses recherches sont consacrées aux conditions juridiques dans lesquelles les connaissances scientifiques et techniques sont produites, diffusées, utilisées pour les décisions publiques et privées. Les objets de recherche privilégiés sont l’expertise, la preuve, l’alerte, le droit du travail scientifique. Les travaux d’Olivier Leclerc prennent appui sur le droit comparé, la théorie du droit, la sociologie du droit, les Science and technology studies.

Olivier Leclerc a publié des ouvrages et articles dans des revues françaises et étrangères (liste complète des publications). Ses ouvrages les plus récents comprennent Un jalon vers une « science de la preuve » : la représentation graphique des raisonnements probatoires (Paris, Dalloz, 2019), Protéger les lanceurs d’alerte. La démocratie technique à l’épreuve de la loi (Paris, Lextenso, 2017), Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ? (Québec, Editions Science et bien commun, 2017, sous dir.), L’analyse juridique de (x). Le droit parmi les sciences sociales (Paris, Kimé, 2016, avec R. Encinas de Munagorri, S. Hennette-Vauchez, C. M. Herrera), Droit de la preuve (Paris, Puf, coll. « Thémis », 2015, avec E. Vergès et G. Vial).

Olivier Leclerc a suivi une double formation en droit et en économie et gestion au sein des universités Paris I – Panthéon Sorbonne, Rennes 1 et Paris Nanterre et à l’École normale supérieure de Cachan. Il est titulaire d’un doctorat en droit privé et sciences criminelles de l’université Paris Nanterre (2003) et d’une habilitation à diriger des recherches (2012). Olivier Leclerc a été maître de conférences en droit privé à l’université Paris Nanterre (2005-2011) avant de rejoindre le CNRS en 2011 et d’être affecté au Centre de recherches critiques sur le droit (UMR 5137 CERCRID), unité au sein de laquelle il a été membre de l’équipe de direction et responsable de l’équipe de recherche « Sciences, innovation et démocratie » jusqu’à son rattachement au Centre de théorie et analyse du droit en 2021. Il a été invité comme chercheur ou comme enseignant dans plusieurs universités étrangères (Université Catholique de Louvain, Universidad Carlos III, Universidad Complutense, Arizona State University, Kent Law School, Oñati International Institute for the Sociology of Law, University of Western Australia). Il enseigne le droit de la preuve, la sociologie du droit, le droit social comparé.

Olivier Leclerc est actuellement membre du conseil scientifique de la Mission de recherche Droit & Justice, membre du comité éditorial des revues Droit & Société et Cahiers Droit, Sciences & Technologies, membre de la Commission nationale de la déontologie et des alertes en santé publique et environnement, membre du Comité d’éthique du CNRS (COMETS).

Projet en cours : Adressing the Challenge of Research Integrity in Scientific Practices (CRISP, coord. S. Ruphy, projet financé par l’ANR, 2021-2024).

Olivier Leclerc is a CNRS senior researcher (CNRS) at the Centre de théorie et analyse du droit (UMR 7074 CTAD, CNRS/Université Paris Nanterre/Ecole normale supérieure – Université PSL) and an honorary research fellow at the SoCriL research group (Social Critiques of Law), Kent Law School.

His primary area of research involves the production, diffusion and use of scientific and technical knowledge in public and private decision-making. His research interests include expertise, evidence, whistleblowing, scientific work. His research is informed by insights from comparative law, theory of law, sociology of law, and Science and technology studies.

Olivier Leclerc has published several books and papers (List of publications). Recently published books and edited collections include Un jalon vers une « science de la preuve » : la représentation graphique des raisonnements probatoires (Dalloz, 2019), Protéger les lanceurs d’alerte. La démocratie technique à l’épreuve de la loi (Lextenso, 2017), Savants, artistes, citoyens : tous créateurs ? (Editions Science et bien commun, 2017, ed.), L’analyse juridique de (x). Le droit parmi les sciences sociales (Kimé, 2016, with R. Encinas de Munagorri, S. Hennette-Vauchez, C. M. Herrera), Droit de la preuve (Puf, coll. « Thémis », 2015, with E. Vergès et G. Vial).

Olivier Leclerc was trained in law, economics and management at the universities of Paris I – Panthéon Sorbonne, Rennes 1 and Paris Nanterre and he was a fellow at the Ecole normale supérieure de Cachan. He holds a Ph.D in private law from the University Paris Nanterre (2003) and is accredited to supervise research (HDR, 2012). He was an associate professor at the University Paris Nanterre (2005-2011) before joining the CNRS in 2011 and being appointed to the Center for Critical Legal Research (CERCRID) where he was a member of the executive board and head of the ‘Sciences, innovation, and democracy’ research group until 2021. Olivier has held visiting positions at the Université catholique de Louvain, Universidad Carlos III, Universidad Complutense, Arizona State University, Kent Law School, Oñati International Institute for the Sociology of Law, University of Western Australia. He teaches evidence, sociology of law and comparative labour law.

Olivier Leclerc is currently a member of the scientific council of the Mission de recherche Droit & Justice, a member of the editorial board of the journals Droit & Société and Cahiers Droit, Sciences & Technologies, a member of the Commission nationale de la déontologie et des alertes en santé publique et environnement, and a member of the CNRS ethics committee (COMETS).

Ongoing project: Adressing the Challenge of Research Integrity in Scientific Practices (CRISP, coord. S. Ruphy, projet founded by the ANR, 2021-2024).